samedi 1 juin 2013

Chez moi

ça fait longtemps que je n'ai pas eu un chez-moi. 
Pendant toutes ces années nous avons eu un "chez-nous", un lieu où il y a deux noms sur la porte, des projets pour acheter une maison, (une maison un jardin un pot d'fleur un ptit copain... )tout ce qu'on avait prévu ... tout ça.

Et puis la Vie ce n'est pas ce truc linéaire que l'on croit, c'est tout sauf un long fleuve, c'est tout sauf tranquille.

Je m'imaginais dans ce lieu à nous, cherchant des idées pour aménager, décorer (c'est fou comme mon article sur "comment transformer des palettes de chantier en canapé" a eu une visibilité inespérée), faire comme si c'était possible, rêvant ces moments un peu illusoires ...parce que l'inéluctable est venu.

un chez-moi à moi rien qu'à moi.
Ma petite-maison-pour-moi-toute-seule, pour l'ingénieur en Lego, pour les chats. 

Ce qu'il faut de temps, de gestation, d'apprivoisement de l'absence, il faut neuf mois, symboliquement.
Le 1er juillet il y aura neuf mois et un jour ou deux, que la vie nous a enlevé l'un à l'autre. Ce sera le jour de mon départ vers un autre lieu, d'autres murs, d'autres images. Dans un mois oui.

Dans un mois, mais pas très loin. Comme on me l'a demandé, "alors tu vas rentrer chez toi ? " ... Non, je ne vais pas rentrer dans mon Sud, non je ne vais pas me délocaliser même si, par affinités je pourrais. Nous avons trop de repères, des gens aimés, même si le climat est capricieux et que mon organisme supporte de moins en moins le froid. 

C'est la première fois que je déménage toute seule. Ma famille m'aidait à transporter les nombreux livres et mes petites affaires et me maudissait très aimablement... parce que j'ai beaucoup changé de lieux. Un peu comme quand on ne trouve pas sa position sur une chaise, qu'aucune posture n'est stable, qu'il faut en changer, encore.

Après... il y avait eu les fous rires avec les copains, le ficus coincé dans la porte du fourgon et qui semblait hurler "non ! pas la tête"... les inévitables casses, les pizza décongelées dans la bataille et cuites pour se restaurer, la fois où nous avions rempli le camion jusqu'à deux heures du mat', quand mon père arrive tout guilleret au matin tôt et qu'il nous réveille plein de motivation, "allez les jeunes il faut y aller".. mais p'pa, il est déjà plein le camion... 

Cette année, c'est une équipe de costauds payés pour ça qui transportera mes affaires. Moi, j'emmènerai les chats et deux-trois plantes vertes fragiles.

Cette semaine, j'ai visité mon nouveau chez-moi. C'est tout neuf, le bâtiment n'est pas tout à fait fini, il y a encore des engins de chantier qui ronronnent au dehors, par les fenêtres on voit le Vercors et le Peuil, c'est paisible. Il y a pire. Et j'ai pleuré, parce que c'est beau mais aussi parce que c'est le début d'un nouveau cycle. Jamais "la vie est une suite de renaissances" n'a été aussi vrai.

Il n'y aura qu'un nom sur la porte, deux sur la boite aux lettres, celui de l'Ingé en Lego, qui aurait du être accolé au mien (...et puis la vie... )

Il y aura de la lumière, beaucoup et du soleil de midi jusqu'au soir.
Il y aura de la musique. Souvent, très souvent. On pourra dérouiller les basses sans gêner les voisins, merci au label BBC qui va me changer la vie et achever ma collaboration avec les marchands de sommeil.

J'imagine pas ma vie sans musique.
Faudra que je m'offre Varsovie-L'Alhambra-Paris, un des albums que je n'ai pas et que j'ai écouté mille fois pourtant.

Je mettrai la très belle photo de Baudelaire par Nadar, qui est dans ma chambre, peut-être dans mon coin de bureau, car il faut écrire, encore, parce qu'il y aura toujours de la place pour les mots. 
Un travail sans talent n'est qu'une sale manie... J'espère bien qu'il y aura une photo de Damien aussi, une ténébreuse envoûtante comme j'aime, une qui inspire les mots et le talent.

Et les photos de Toi aussi, ni trop ni trop peu, pour que tu sois là toujours.


"J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans."
je les emporte tous
ils sont Vie, ils sont Toi, ils sont nous. 

Ils sont à moi.



1 commentaire:

  1. Comme cette note est magnifique Lalie, ni trop, ni trop peu.

    Voilà ce mois est passé, tu es installée depuis quelques petits jours, je te souhaite mille douceurs dans ce nouveau chez-toi <3

    RépondreSupprimer