jeudi 15 février 2018

Petit corps malade

La semaine dernière j'ai atterri dans un endroit que je n'aime plus, un rendez-vous dans le pavillon de rééducation fonctionnelle de l'hôpital de là où j'habite, le temple de la traumato, le lieu idéal pour qui s'est cassé quelque chose. Leur profil type, en général une victime d'activités liées à la montagne mais ils prennent aussi les gentilles mamies qui tombent de leur hauteur.

Je n'avais pas spécialement envie d'écrire à ce sujet, et puis Amélie a rouvert la porte de son blog, alors… (ça tient à rien t'as vu le retour à l'écriture). Tiens, c'est .

C'est ainsi que j'avais rendez-vous avec un médecin de réadaptation fonctionnelle pour lui parler de mes doigts qui n'accrochent plus rien, et ça s'est terminé en auscultation de mon genou, mon pauvre genou  Il y en a, non contents de te foutre la trouille avec un discours aux allures de drama ("il vous faut des bas de contention, des chaussures orthopédiques") arrivent par-dessus ces bonnes nouvelles, à faire physiquement mal sur quelque chose qui n'est pas sensé être problématique puisque inscrit dans ma routine et ma stratégie de care.

Primo non nocere qu'on leur apprend, à la Faculté. D'abord ne pas nuire, enfin... si ça peut pas nuire à leur carrière c'est bien aussi, hein. C'est ainsi que j'ai refusé une intervention chirurgicale prodigieuse qui aurait apporté beaucoup de lauriers à un grand patron en traumato (dans le même hôpital, tiens). Si tu veux relire, c'est là : http://laliesegond.blogspot.fr/2013/10/une-robe-au-genou.html.



... La nouveauté, c'est que je suis tétraplégique partielle désormais.
Le temps fait son œuvre, je suis comme Grand Corps Malade, je marche comme une fourmi un peu esquintée, je fais pas mal de fauteuil, mais il y a désormais écrit "tétraparésie". Du grec, tétra, quatre, atteinte des quatre membres, parésie, partielle.
Avant j'étais paraplégique partielle … mais ça c'était avant. Je suis une para de luxe qui monte en grade.

Ça fait un peu bizarre cette dénomination, le quart d'heure alarmiste où le médecin dicte son compte-rendu en disséquant tes pathologies une à une. Je reconnais qu'on ne se voit pas comme on est, certains magnifient, d'autres dédramatisent, moi je vis avec, alors le nom que ça porte, n'importe peu, mais …tétra ! ça fait quelque chose. Parce que, forcément je pense aux amis qui sont tétra, à Pascal, à Sylvain, à Nico, à Stef, est-ce que j'ai le droit d'être nommée ainsi... moi ? presque je ne me l'autorise pas tant c'est stupéfiant à entendre ou que j'ai presque honte de tenir encore un peu sur mes guibolles. Mais puisque c'est écrit dans un compte-rendu médical...  

Mes mains, mes précieuses mains se fatiguent, deviennent malhabiles, il m'est difficile d'écrire à la plume, - je devrais me faire sponsoriser par Pilot Frixion (les violets à mine 0,7 mm) parce qu'ils n'y a qu'eux qui me permettent d'écrire encore à la main-, difficile d'attraper un verre, quelque chose de lourd, et je ne parle même pas de tous ces trucs que je ne peux plus faire, coudre, ou essayer de jouer de la guitare (ça, ça fait assez longtemps que je le sais, mes doigts sont tellement souples que les slide, les barrés, ça a toujours été no way). Et puis j'ai froid aussi… beaucoup. Souvent.  

Alors on renonce à des trucs, ou on les fait autrement.
Faudrait leur dire à tous ces praticiens, que d'alarmer les patients, ce n'est pas la meilleure attitude. Comme cette fois il y a des années, où un ORL m'avait dit qu'il fallait que je sois appareillée et que j'avais l'audition de ma grand'mère. J'étais restée abasourdie (c'est le cas de le dire) une demi-heure dans la voiture avant de pouvoir repartir.


Ce que j'en retiens, c'est la prise de conscience de la vulnérabilité, ce truc de vouloir que ça tienne toujours droit dans le miroir. Des fois ça ne marche pas… Mais on peut entendre sans accepter, et continuer à lutter pour que ça tienne droit. 

On peut rêver aussi de baignoire fumante, de cheminée, d'une présence rassurante qui viendrait apaiser tout cela et prendre soin de mon petit corps parait-il malade, mais cela fera l'objet d'un autre article :) 






1 commentaire: